Faire fructifier son argent en Suisse, c’est tellement facile. En fait, le gouvernement helvète a expressément bâti au fil des années un climat politique et économique propice aux affaires. Les procédures de création d’entreprise est aussi simplifiée autant pour les nationaux que pour les étrangers. Il suffit de quelques jours pour mettre debout sa propre société et mettre à profit son investissement sur le territoire helvétique. Ce n’est donc pas par hasard si plus de 12.000 entreprises sont fondées chaque année dans ce pays. Si vous projetez de faire partie d’entre eux, voici les démarches à suivre pour créer une société en Suisse.

L’analyse de marché

Avant de lancer une start-up, il faut au préalable faire une étude de marché. Cette analyse est indispensable pour savoir si le projet en question peut intéresser le public cible pour pouvoir espérer une rentabilité à long terme. En fait, l’analyse de marché doit précéder toute initiative de création d’entreprise car il permet de déterminer les tendances du moment en Suisse et à partir de ces informations, entrepreneur va pouvoir décider dans quel secteur d’activité il va investir. Il se peut aussi que le produit ou le service qu’on veut vendre intéresse vraiment les clients ciblés mais beaucoup d’autres start-ups y sont déjà sur le coup avant vous depuis longtemps. A l’inverse méfiez-vous si peu d’entrepreneurs s’intéressent à une activité qui  semble pourtant intéressante. Après une analyse, vous en conclurez peut-être que le marché en question est en déclin. Dans ce cas, il serait préférable de se tourner vers un marché beaucoup plus prometteur pour garantir la croissance et la pérennité de votre entreprise. Pour que cette dernière puisse démarrer sur de bonnes bases, l’analyse du marché doit étudier à la fois les tendances qui prédominent sur le sol helvète, les clients potentiels et l’intensité de la concurrence.

Etablir un business plan

La conception d’un business plan est une étape incontournable pour tout projet de création d’entreprise. En fait c’est le document qui va vous permettre de convaincre les investisseurs et qui vous servira en même temps de cadrer financièrement toutes vos activités.

Pour collecter les informations nécessaires à la conception d’un business plan, deux options s’offrent à vous : l’étude sur terrain et l’étude en ligne. Cette dernière est plus intéressante car elle permet à la fois d’économiser votre temps et votre argent. A l’inverse, l’étude sur terrain requiert des moyens humains importants car il faudra effectuer un sondage. Par contre, l’étude en ligne permet de couvrir une zone géographique plus large et d’atteindre un maximum de clients potentiels.

Une fois que vous ayez toutes les informations en main, vous pouvez établir un business plan grâce à un logiciel proposé en ligne ou  faire appel à un consultant pour assister dans cette tâche.

La forme juridique adéquate pour votre société

En Suisse, 4 options s’offrent vous : la Société Anonyme (SA) et Société à Responsabilité Limitée (SARL) étant les plus prisées par les entrepreneurs, mais on a également la société en nom collectif et l’entreprise individuelle.

En pratique, le choix de la forme juridique de l’entreprise repose sur la composition de ses fondateurs, mais aussi du montant du capital qu’ils sont prêts à investir. La création d’une entreprise individuelle est la plus simple et son statut convient à la plupart des professions libérales et les prestataires de services. Mais contrairement à la SARL, il n’y a pas de distinction entre le patrimoine personnel de l’entrepreneur et celui de la société. Ainsi, en cas de faillite, ses créanciers peuvent engager sa responsabilité personne de façon illimitée. Les démarches sont beaucoup plus complexes pour une SARL ou une SA mais par contre, les associés bénéficient d’une responsabilité personnelle limitée.

Leave a Reply