L’entreprenariat est un véritable parcours de combattant. Créer une entreprise ne se fait pas  sur un simple claquement de doigts. En effet, cela requiert un travail fastidieux. Il faut entre autres concevoir le projet, élaborer un business plan, prospecter auprès des associés potentiels, trouver un local, effectuer  les démarches pour la création de l’entreprise et entre-temps trouver une banque pour vous financer. Vu toutes ces étapes, il y a un long chemin à faire pour tous les entrepreneurs qui rêvent un jour de lancer leur propre start-up. C’est pourquoi il vaut mieux autant que possible éviter les problèmes dès la création de la société. En choisissant la bonne forme juridique pour votre entreprise, vous garantissez déjà sa prospérité et sa pérennité parce que si vous optez pour une structure bien adaptée pour votre projet, vous serez exposé à un minimum de risques. Pour vous aider dans votre projet, voici pour vous un comparatif des principaux statuts juridiques d’entreprise en Suisse.

Caractéristiques et particularités de chaque entreprise

  • Entreprise individuelle :

C’est l’option idéale pour les artisans et tous les professionnels exerçant une activité commerciale qui décident de se lancer seul dans un projet d’investissement, étant donné que l’entreprise est étroitement liée à la personne de son fondateur.

  • Société Anonyme :

La société anonyme est une la forme idéale pour tout projet ayant un but purement capitaliste  car il s’agit d’une société essentiellement axée sur l’investissement et le profit. Elle dispose d’une propre personnalité juridique.

  • Société à responsabilité Limitée

On retrouve chez la SARL les caractéristiques propres aux sociétés de capitaux et celles des sociétés de personnes. Elle convient très bien aux PME qui veulent se lancer avec des associés. En créant une SARL, vous pourrez conférer une personnalité juridique à votre entreprise.

  • Société en nom collectif

La société en nom collectif est la forme la plus courante des sociétés de personnes en Suisse. Elle convient plutôt aux entreprises familiales.

Démarches pour la création d’entreprise

  • Entreprise individuelle :

Aucun capital minimum n’est exigé pour fonder une entreprise individuelle en Suisse et les démarches sont très simples comparé à ceux d’une S.A ou une SARL. L’inscription au registre du commerce est obligatoire pour tout professionnel qui exerce une activité commercial en Suisse et pour toute entreprise qui enregistre un chiffre d’annuel supérieur à 100.000 CHF. Entre-temps, l’entreprise peut librement exercer ses activités commerciales. Pour ce qui est de la raison sociale,  elle doit impérativement comporter le nom de famille du fondateur.

  • Société Anonyme

Pour créer une S.A, il faut un capital minimum de 100.000  CHF. La loi prévoit la possibilité aux actionnaires de contribuer par des apports en nature mais selon une procédure particulière. Comme il s’agit d’une personne morale, il faut impérativement l’inscrire au Registre du commerce.  Les fondateurs de la S.A sont libres d’intégrer leurs noms ou leur activité dans la raison sociale.

  • Société à responsabilité Limitée

La pluralité des fondateurs n’est pas exigée pour créer une SARL. La société peut très bien être fondée par une seule personne qui désire distinguer son patrimoine personnel de celui de son entreprise. Les seules restrictions à respecter sont l’inscription au registre du commerce et la disposition d’un capital social d’un montant de 20.000 CHF au minimum.

  • Société en nom collectif

La particularité des démarches de la création d’une SNC tient au fait que ces formalités incluent en même temps la conclusion d’un contrat de société en plus de l’inscription au registre du commerce.

Avantages et inconvénients

  • Entreprise individuelle :

Les démarches pour la création d’une entreprise individuelle sont les plus simples. De plus, la loi n’exige aucun capital minimum, vous pouvez donc lancer votre activité à partir du moment où vous disposez des fonds que vous estimez suffisants. L’inconvénient, c’est que le patrimoine de l’entrepreneur est confondu avec celui de l’entreprise et il est donc entièrement responsable en cas de faillite.

  • Société Anonyme :

Dans la société Anonyme, il y a distinction entre patrimoine de la société et fortune privée. De plus, les actions peuvent être cédées facilement. De plus la S.A est plus crédible aux yeux des investisseurs et des banques. Les seuls inconvénients qu’on peut relever concerne l’absence de droit aux allocations de chômage pour les dirigeants de la SA.

  • Société à responsabilité Limitée

Dans la SARL, les associés bénéficient également de la responsabilité limitée. Et en Suisse, vous pouvez bénéficier des avantages du régime juridique de la société en disposant seulement de 20.000 CHF de capital. Toutefois, on déplore les lourdes charges quant aux frais des démarches pour créer la société.

  • Société en nom collectif

La loi n’exige aucun capital minimum pour la création d’une SNC.  Les démarches sont simples mais une fois la société fondée, les associés sont responsables des dettes de la société de manière solidaire et illimitée.